Naissance de notre site internet

vendredi 17 décembre 2004
par  SU

Des rumeurs ont couru à la fin de l’année 2004, indiquant qu’un incinérateur (de déchets ménagers) risquait d’être construit dans le sud Bergeracois, sur la commune de Saint-Capraise d’Eymet.

Ce site web, créé le 17 décembre 2004, regroupe notamment des informations sur les incinérateurs. Elles montrent les graves dangers que ferait peser une telle usine sur la santé et la (sur)vie de la population des alentours, en Dordogne et en Lot-et-Garonne, au minimum dans un rayon de 20 km. La France compte actuellement plus d’une centaine d’incinérateurs en fonctionnement (60% des incinérateurs d’Europe se trouvent en France, 1er pays européen, 2ème pays au monde après le Japon) et de nombreux témoignages prouvent leurs dangers.

En outre, et même si cela est secondaire par rapport à la santé publique :

- L’impact serait désastreux sur l’économie du département (risques sanitaires majeurs causés en particulier par la dioxine, les furanes et les métaux lourds sur les végétaux et les animaux - nombreux vignobles, cultures maraîchères, élevages laitiers, bovins, caprins, etc.).

- Cela conduirait à une baisse de l’attractivité de la région (agriculture biologique, tourisme, commerce, immobilier, etc.).

- L’incinération des déchets serait un procédé fort coûteux, autant en terme de dépenses publiques (nos impôts locaux), qu’en perte d’emplois.

- La délégation au privé du traitement des déchets conduirait à toujours plus de déchets puisque le profit est fonction du tonnage !

- L’incinération ne règle absolument pas la question du stockage, mais l’aggrave au contraire. En effet, les déchets résiduels (1/3 de la masse initiale), obtenus au prix d’une forte émission de nombreux gaz, sont hautement toxiques et doivent être stockés dans des décharges spéciales.

- L’année 2005 est placée sous le signe de l’environnement. Quel serait le sens du choix politique de l’incinération dans un département dont l’image et l’économie sont basées sur la qualité de cet environnement ?

Pour toutes ces raisons, il est donc indispensable de développer des alternatives ; elles existent déjà dans certaines régions (en Charente et en Vendée par exemple), dans certains pays (Royaume-Uni, Canada, Australie). Exigeons de nos élus une gestion des déchets en Dordogne sans incinérateur.

La menace d’un incinérateur en Dordogne semble s’éloigner pour quelques années, d’après le discours de clôture du président Cazeau.

Le plan départemental a été établi en juillet 2006 et écarte pour plusieurs années tout recours à l’incinération en Dordogne.

Tout reste à faire concernant :
- la réduction des quantités de déchets produits ;
- l’amélioration du tri ;
- les progrès du recyclage.


Avertissement. Ce site est celui d’un simple particulier et celui d’une association locale, « Les Tri Tout ». Si malgré ma vigilance, un article contenait une erreur, merci de la rectifier en utilisant le bouton "Répondre à cet article". Vous pouvez aussi m’envoyer un message. S. Uteau.


Commentaires