Cyclamed, au service de la santé ?

vendredi 28 janvier 2005
par  Zero Waste France

Paris, le 26/01/05.

À l’heure où Cyclamed relance sa campagne publicitaire, le CNIID édite un document percutant sur cette association : CYCLAMED, au service de la santé ? [1]. Ce dispositif de collecte des déchets issus de médicaments - DIM - n’est pas parfait, loin s’en faut, et il est urgent d’en dénoncer la perversité économique, environnementale et sanitaire.

Cyclamed est connu de près de 80 % des Français, qui considèrent souvent comme bénéfique ce procédé de collecte des DIM en provenance des ménages. Pourtant, des détournements de médicaments collectés ont été mis en évidence par une enquête de l’inspection générale des affaires sociales diligentée le 08 septembre 2004, ces médicaments étant ensuite revendus frauduleusement. Le préjudice économique est flagrant, les conséquences sanitaires sous-jacentes.

D’autre part, Cyclamed assoit son image bienfaitrice sur le fait qu’elle redistribue, par le biais d’associations humanitaires, certains médicaments collectés à des populations démunies, en France et à l’étranger. Or cette redistribution n’est que sporadique, du fait notamment de réglementations contraignantes et de la barrière des langues. Cette valorisation humanitaire sert de faire-valoir à Cyclamed, bien qu’elle ne représente que la plus faible partie de son activité.

En effet, Cyclamed a principalement pour vocation d’envoyer à l’incinération les DIM qu’elle collecte. Qu’il s’agisse de médicaments périmés, entamés ou d’emballages, tout est envoyé en mélange à l’incinération. Et là, il ne s’agit plus du tout d’un acte louable, mais de pollution atmosphérique aux conséquences sanitaires et environnementales que le CNIID a déjà dénoncées à plusieurs reprises [2]. On tire certes un peu d’énergie en incinérant des déchets, ce qui permet effectivement d’éclairer ou de chauffer des logements. Là encore, Cyclamed attire la sympathie des naïfs. Mais cette récupération d’énergie est sans commune mesure avec celle qu’il a fallu dépenser pour fabriquer les produits devenus déchets et inférieure même à la quantité d’énergie préservée lors de la réutilisation ou le recyclage des matériaux [3].

« Il faut bien sûr collecter séparément les substances actives médicamenteuses, mais le dispositif Cyclamed doit être refondu en profondeur », déclare Aurélie Gigandet, chargée de la campagne D’abord ne pas nuire du CNIID. « Cyclamed ne correspond plus ni à la réglementation ni aux besoins de collecte ».



Pour plus d’information :
Aurélie Gigandet, chargée de la campagne D’abord ne pas nuire du CNIID, au 01 55 78 28 60.


[1CYCLAMED, au service de la santé ? Document disponible auprès du CNIID, au 01 55 78 28 60 ou sur www.cniid.org

[2Incinérateurs de déchets : enfants malformés et cancer, CNIID, janvier 2004.

[3Synthèse du congrès Les politiques " Zéro Déchets " dans le monde - utopie ou réalité ?, 13 et 14 mai 2004, Assemblée Nationales, Paris, p. 8. Congrès organisé par Décentralisation et Initiatives Locales, Tel 01 46 94 06 93.


Commentaires

Brèves

1er mars - La Réunion - Le projet d’incinérateur dans le sud continue de faire des vagues

"Non à l’incinérateur, mon avenir lé pas un joué". Mobilisation citoyenne ce matin devant le siège (...)

23 janvier - Dans la vallée de l’Arve en Haute-Savoie, une analyse sur les dioxines alimente la controverse

Une semaine après la publication d’une étude sur les dioxines dans la vallée de l’Arve (...)

23 janvier - Incinérateur de Lunel-Viel : les résultats d’une nouvelle étude jugés "inquiétants" par l’Amies

Le porte-parole de l’Association des médecins indépendants pour l’environnement livre les derniers (...)

13 janvier - La Réunion - Le collectif « Non à l’incinérateur » épluchera le marché du Pôle Déchets Sud

L’attribution du marché de l’outil de traitement multifilière d’Ileva, pour 374 millions d’euros, (...)

12 janvier - La Réunion - Le collectif "NON à l’Incinérateur" se mobilise

Le collectif citoyen "Non à l’incinérateur" se mobilise contre le projet d’unité de valorisation (...)

9 décembre 2018 - L’incinérateur de Passy pourrait bien vivre ses dernières années

En fonction depuis 1995, l’incinérateur de Passy, souvent décrié dans la vallée polluée, est géré (...)