Conférence d’un chercheur du MIT (Massachusetts Institut of Technologie)

samedi 15 janvier 2005

Extraits

[...] Le conférencier était le professeur KENNETH GEISER du MIT (Massachusetts Institut of Technologie).
Le traducteur, car malheureusement le conférencier ne parlait pas Français, était Mr Pierre Emmanuel Neurror, Directeur du CNIID (centre national indépendant pour l’information sur les déchets). L’association qui gère le tout étant PAILLON VERT. Cette association a réussi en autre, à obtenir la fermeture de l’incinérateur clandestin de COLOMAR (à coté de CARROS).

[...] Les conséquences de l’incinération sont :
- Réduction des volumes des déchets.
- Augmentation des concentrations en éléments (polluants ou autres).
- Transformation des éléments entrant dans la combustion, en d’autres éléments peu souhaitables tel que dioxines et furanes que nous respirons aussi
- Très peu dégradables, mais surtout accumulables dans les tissus organiques par biais du lait maternel ou de cultures consommées localement.

Le conférencier a présenté un exemple concret et très rentable de réduction des déchets à la source, dont il est l’acteur principal, dans l’état du MASSACHUSETTS.

Les enseignements qu’il faut tirer de cette expérience sont :
- Des résultats impressionnants : 50% de réduction en 10 ans, les entreprises concernées ont gagné beaucoup d’argent !
- Le projet continue, 75% voire 80% de réduction sur les 10 ans à venir pourra être démontrée.
- Les entreprises de fabrication, c’est-à-dire celle qui polluent, sont des acteurs incontournables du projet... et elles ont tout à y gagner (elles évitent les taxes pour pollution et économisent sur le traitement de déchets).
- Par contre les entreprises spécialisées dans le traitement des déchets, sont opposées au projet, n’y voient aucun intérêt et n’apportent aucune solution en dehors de l’incinération.

Le conférencier a analysé la situation Française du traitement des déchets et a admis que l’administration répondait de façon trop zélée aux divers lobbies industriels dans la mesure ou les sociétés en lice dans le domaine de l’incinération sont également proches de la production agro-alimentaire (VIVENDI).

La réduction des déchets à la source est profitable aux consommateurs, aux producteurs, à l’environnement, mais juste défavorable aux industriels du traitement de déchets. A nous d’agir pour que l’administration donne satisfaction à la majorité et à la raison (médicale et même économique puisque nos entreprises y trouveront un intérêt financier !).

7 avril 2004




Commentaires

Brèves

15 octobre - Incinérateur d’Ivry-Paris XIII : « Les conflits d’intérêts, ça suffit ! », estime Mathilde Panot

Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France, Mathilde Panot, députée La France Insoumise du (...)

25 septembre - Fin des objets en plastique à usage unique à Bruxelles-Ville

Principaux objets visés : pailles, gobelets, couverts, barquettes, etc. L’interdiction (...)

8 avril - À Oissery et Saint-Pathus, 100 % des déchets alimentaires recyclés dans les écoles

La Communauté de communes de Plaines et Monts de France (CCPMF) organise dans trois cantines (...)

7 avril - Troyes : des statues décorées de pancartes anti-incinérateur

Ce dimanche, les opposants à l’incinérateur de La Chapelle-Saint-Luc ont mené une action dans les (...)

22 mars - Incinérateur de Vaux-le-Pénil : les habitants luttent pour faire reconnaître les effets de la dioxine sur leur santé

Après quinze ans de bras de fer judiciaire, l’agglomération de Melun a fait appel de sa (...)

10 mars - Maincy : les victimes de l’ex-incinérateur applaudissent leur victoire… provisoire

Les retrouvailles des victimes de l’ex-incinérateur (Avie) avec leurs avocats ont été empreintes (...)